Rapports du CAS sur le microcrédit et les femmes entrepreneures

aLe Centre d’Analyse Stratégique, instance rattachée au Commissariat général à la stratégie et à la prospective, a rendu deux documents de travail consacrés respectivement au microcrédit professionnel et à l’entreprenariat au féminin.

Tout en reconnaissant que le microcrédit professionnel permet chaque année de créer ou de sauvegarder entre 50 000 et 60 000 emplois en France, le Centre d’Analyse Stratégique souhaite que son fonctionnement soit harmonisé et que des mesures plus systématiques soient menées pour évaluer son impact. Le CAS envisage deux scénarios à l’horizon 2030, dont un selon lequel les banques seraient davantage mobilisées pour soutenir son développement. Le rapport cite notamment l’exemple de Créa-Sol et de la Caisse d’Epargne.

Sur la question des femmes entrepreneures, le rapport du CAS reprend largement les résultats du 1er baromètre Caisse d’Epargne des femmes entrepreneures. Pour les auteurs du rapport, des données manquent encore pour mieux appréhender les enjeux de l’entreprenariat au féminin tandis que l’empilement des dispositifs d’aide à la création d’entreprise a tendance à brouiller les pistes. Si le rapport pointe les freins liés au manque de réseau des femmes entrepreneures et aux difficultés éventuelles de financement, il insiste avant tout sur le poids des représentations et la nécessité de mettre en valeur des exemples positifs et emblématiques de femmes entrepreneures. C’est l’enjeu auquel souhaitent répondre les Caisses d’Epargne en organisant, à l’exemple de la CE Auvergne-Limousin, des concours et des remises de prix en partenariat avec les CCI.

La Fédération a rencontré récemment Françoise Miquel, haut fonctionnaire mandaté par la direction du Trésor afin de rédiger une Charte en vue de faciliter le recours aux crédits bancaires pour les femmes entrepreneures. Sa lettre de mission s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des décisions du Comité interministériel aux droits des femmes et à l’égalité en date du 30 novembre 2012. Parmi les mesures évoquées :

  • Un dispositif d’incitation fiscale renforcé pour la garde des enfants
  • Une meilleure visibilité des outils existants à commencer par le FGIF
  • La création d’un fonds de garantie abondé par les entreprises et donc les banques

Consultez l’étude sur le microcrédit professionnel en cliquant ici
Consultez l’étude sur les femmes entrepreneures en cliquant ici